Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de thebaine

Histoire de Colette

29 Mars 2012, 22:26pm

Publié par thebaine

526570 10151835649248518 2127073834 n

 

 

 

Colette  était tranquillement installée chez elle à tricoter ...

Quand un bruit bizarre lui fit lever la tête ...

Etait ce un OVNI ?,une soucoupe volante venue d'ailleurs?

Une lumière verte ...

Ce sont des martiens peut être ...

Un autre bruit ...

Est ce un autre OVNI ?

Un OVNI   qui attérit dans son jardin ...

Et là ,un lumière violette se diffuse .

Les deux lumières s'approchent l'une de l'autre ,se fondent ,se confondent ...

Et une fleur jaillit ...

Une voix parvint à Colette :

- Nous ,habitant de Mars  et de Vénus ,

sommes venus chez toi ,terrienne ,pur donner le jour à un être nouveau ...

Il sera de Mars et de Vénus ,

Mais pour tous ,sera ton enfant ...

Neuf mois plus tard

Colette se sentit prise de douleurs...

6ça y est ,j'accouche ...

Vite ,la valise ,l'hôpital  ,vite ,courons à l'hôpital...

C'est ainsi que Colette enfanta d'une petite extra terrestre ...

C était il y a vingt ans ...

Viviane

 

Voir les commentaires

L'oiseau de Gérard

24 Mars 2012, 19:57pm

Publié par thebaine

 

 

 

G  ai ,l’oiseau sur la branche lisse son plumage ,

E  t prend son envol altier ,

R  avi du soleil  printanier ;

A  vec grâce , il plane  et  chante ,

R  evient sur ton épaule ,accueillante ,

D  élivrer son sublime ramage .

E  st il gris ,noir , blanc  tel un cygne ?

, L  a couleur de ses ailes importe peu ,

S eul compte son chant radieux .

A  u monde il envoie ses notes divines .

 

I  I  chante  pour les arbres  le ciel , et le vent ;

, R  ieur ,il  amuse petits et grands enfants .

Voir les commentaires

Poème pour la RATP

24 Mars 2012, 19:40pm

Publié par thebaine

joan-miro-femme.jpg

 Poème pour la R.A.T.P.

 

 

 

J’aimerais assez

Voir ,sur les murs de la Cité ,

Fleurir des poèmes ,

De ceux qu’on aime …

Primé ou pas primé ,

Par la R.AT.P,.

Dans le métro  parisien ,

Dans les couloirs  aériens ,

Ou sur les parois

Du tram niçois…..

Juste pour le plaisir

De les écrire les lire , les dire …

 

Voir les commentaires

Printemps

24 Mars 2012, 19:36pm

Publié par thebaine

vincent-van-gogh-almond-blossom-san-remy-1890.jpg

printemps

Sonnet libre



Ecrire en alexandrins
Alors que le printemps fleurit
Est un exercice incertain.
Mes amis, j’en ferai fi

Dehors les oiseaux pépient,
Les fleurs parent les jardins,
Dedans ,le champagne pétille ,
La bière coule ,ainsi que le vin .

Mignonne laisse ta sagesse
Pendue au vestiaire ;
Viens t en faire la liesse.

Mon beau galant, je veux bien ;
Mais laisse là tes mains,
Tes pieds et ton audace ...

Voir les commentaires

une autre Marseillaise

18 Mars 2012, 14:14pm

Publié par thebaine

mAI

 

 

 

 

Allons enfants du pays de France ,

Bâtissez des maisons de papiers ,

Carton  ,chocolats à croquer ,

Descendez les escaliers qui dansent ,

Evadez-vous ,enfants de France ;

Faites la nique aux sombres idées ……..

Grisez-vous de liberté ;

Hâtez-vous ,le monde est à vous ,et la chance

Imaginez : il  vous attend, enfants de France ;

Jouez, jouissez de la vie  épicée ;

Karatéka pour rire ,  pour chanter,

Le jour de gloire est arrivé,

Mais la gloire de l’amour, de la paix ;

 Ni sang impur, ni guerre, mais la paix ;

Ouvrez vos cœurs, enfants de France,

Pacifiez les hommes  ,oubliez les offenses;

Que la joie imprègne  sentiers,

Routes, chemins. à dévaler ;

Sautez, riez, dansez ;

Toute la vie, enfants de France ,

Unique et multiple et si dense,

Vous attend …avec ses désirs ,

Wagons de plaisirs ,d’avenir ;

X,Y, pour finir et repartir  à

Zéro  et tout recommencera .

 

 

 

Voir les commentaires

Réécrire la Marseillaise

18 Mars 2012, 14:14pm

Publié par thebaine

parco_piccolo_principe_1.jpg

 

   Nous préfèrons voir des enfants jouer

Que des soldats défiler oiu guerroyer ...

 

 

Allons enfants du pays de France ,

Bâtissez des maisons de papiers ,

Carton  ,chocolats à croquer ,

Descendez les escaliers qui dansent ,

Evadez-vous ,enfants de France ;

Faites la nique aux sombres idées ……..

Grisez-vous de liberté ;

Hâtez-vous ,le monde est à vous ,et la chance

Imaginez : il  vous attend, enfants de France ;

Jouez, jouissez de la vie  épicée ;

Karatéka pour rire ,  pour chanter,

Le jour de gloire est arrivé,

Mais la gloire de l’amour, de la paix ;

 Ni sang impur, ni guerre, mais la paix ;

Ouvrez vos cœurs, enfants de France,

Pacifiez les hommes  ,oubliez les offenses;

Que la joie imprègne  sentiers,

Routes, chemins. à dévaler ;

Sautez, riez, dansez ;

Toute la vie, enfants de France ,

Unique et multiple et si dense,

Vous attend …avec ses désirs ,

Wagons de plaisirs ,d’avenir ;

X,Y, pour finir et repartir  à

Zéro  et tout recommencera .

 

 

 

Voir les commentaires

Une autre France

15 Mars 2012, 20:59pm

Publié par thebaine

monet.jpg

 

 

Des galets de Nice sous le soleil ,

Aux galets d’Etretat  sous un  ciel gris ,

A une éblouissante   déesse pareille  ,

Entre les mers  ,tu t’étires et t’alanguis ,

Ma France

 

Des pics et  sommets enneigés

Sur les  Alpes  ardentes et sauvages ,

Aux immenses champs de blé ,

Tu offres cent  et  mille visages ,

Ma France

 

Je  chantes la joyeuse  Provence

Et ses parfums de citron et lavande,

Dans les rues de Saint Paul de Vence,

Les nus de Matisse font la ronde.

Ma France

 

Au cri de liberté, égalité fraternité  ,

Le sang coula sous tes fenêtres ;

Des hommes furent  égorgés.

Il faut bien mourir pour renaître ...

Ma France

 

 

Tant d’inutiles  et vaines   guerres

Ont dévasté notre douce  terre  .

 Tu inondas le monde  de lumière ,

  De Voltaire à Prevert …

Ma France

 

 

 

Voir les commentaires

Rondel

15 Mars 2012, 20:45pm

Publié par thebaine

bulle-8.jpg

 

 

Que sont nos rondels devenus

Ils sont, m’amie, en devenir ;

Nous aimerions tant les lire,

Ces poèmes tôt disparus.

 

Poèmes lancés vers les nues,

Dans les larmes ou les rires,

Vous les écrirez, le cœur ému,

Rêvant de jolis sourires ;

,Que sont nos rondels devenus ?

Ils sont, m’amie, en devenir.

 

 

Dans une triste chambre nue

Ou dans un grand fauteuil de cuir,

Venez  rimer, pauvres  sires,

Rime, aussi, belle ingénue.

Que sont nos rondels devenus ?

Voir les commentaires

L HERITIERE

3 Mars 2012, 22:41pm

Publié par thebaine

c15

 

 

 

 

 Histoire de Néfer

 

Les marais étaient calmes dans le petit  matin

La barque glissait au milieu des herbes.

Mon cousin tenait la rame et guidait la barque ave c adresse.

Moi, Néfer, jje jouissais de ces instants merveilleux

Loin de la cour.

Je voulais profiter

Engranger un maximum de sensations, d’images ,de bruits ;

Avant de retourner dans ce milieu superficiel où

Gravitent les courtisans Je profitais  de quelques heures de répit, auprès

de mon charmant cousin,

Qui voulait bien oublier que j’étais une fille,

Pour m’amener à une chasse dans les marais.

Je pouvais réfléchir à ces étranges révélations…

Hier, ma grand-mère m’avait fait venir auprès d’elle

Quand nous fûmes seules, elle murmura :

Je suis fatiguée

Le temps m’est compté

Je vais te confier un grand secret, ma chère enfant.

Je te porte dans mon cœur

-moi aussi je tiens à toi …

tu as entendu parler de  de Moïse ,

qui fut élevé à la cour de Pharaon …

-oui, grand-mère …

Elle hésitait à parler

Ses lèvres frémissaient

Son regard fixa le lointain ;*

-Moïse, qui grandit à la cour de Pharaon,était…

Un hébreu,sauvé de la mort,alors qu’il était enfant

alors que Pharaon avait ordonné la mort des

premiers-nés mâles des hébreux …

Moïse ,tu le sais sans doute ,attira dix plaies sur

L’Égypte,et Pharaon le laissa partir ,

À la tête des hébreux…

Mais, avant ,avant que Moïse ne se

Découvre hébreu, il vécut en prince …

Il était beau, il plaisait aux femmes du palais ;

C’était un homme comme les autres,

Sensible à la douceur des femmes,

À leur beauté.

Il connut les émois des jeunes hommes ;

Il partagea la couche de …

La voix de ma grand-mère faiblit,

Devint souffle

-Oui, je t’écoute, dis moi…

-mon enfant, les années ont passées, mais quand je te regarde

je retrouve …oui …

le regard de Moïse …

Oui, j’étais jeune, moi aussi ;

Quoique déjà, épouse, femme mariée, je

L’ai  aimé, vraiment..

De lui, j’eus un enfant ;

Le secret fut bien gardé, mon époux, ignorant

Ma faiblesse, reçut cet enfant pour sien..

C’était une petite fille,

C’était ta mère..

Elle n’en a rien su, elle-même ;

Elle mourut en couches,

Alors que tu vins au monde.

Ton père, effondré, refusa de te voir..

Et je t’ai élevée, comme ma propre fille,

Et tu fus ma joie, la lumière de mes yeux.

…attends ne dis rien..

Bientôt je vais rejoindre mes …..

Avant que la barque d’Amon ne m’emporte,

Je voulais te transmettre ce secret …

Qu’Amon te protège et guide tes pas …

Maintenant, laisse moi,je dois me préparer …

 

 

Voilà, une nuit a passé, une nuit bien longue ;

Les servantes s’empressaient autour de ma grand-mère

Je savais que mon cousin projetait cette partie de pêche et de

Chasse ; je vins  dans sa chambre, le matin, et  le suppliai

De m’emmener  avec lui sans lui expliquer la raison

De cette demande.

Je me retrouvais donc dans cette barque, et pouvais rêver

Tranquillement, non,en fait ,fébrilement ,à mon « héritage »

Je me découvrais une nouvelle vie, une autre vie,

Dramatique.

Il y avait en moi, comme une rupture …

Je devais découvrir

Qui j’étais

Qui étaient mes ancêtres

Je partirai, oui ,je partirai …

Mais, d’abord accompagner ma grand-mère,

D’abord.

 

-Ma grand-mère partit

je l’accompagnai

J observai  le deuil

Et quand le temps fut venu,

Je préparai  les quelques biens auxquels

Je tenais

Et de quoi vivre

Une couverture, des vivres, de l’argent ..

J attendis la tombée de la nuit ;

Je me faufilai dans les jardins du palais,

Et sortis par une petite porte oubliée---------------------------------------------------------------------Une atmosphère bleue noyait le paysage, etrange, pleine de mystères,

Je regardais une dernière fois ces lieux

Où j avais grandie,

Respirai profondément,

Pour me donner du courage, avancer

Vers mon destin …

Je marchais toute la nuit, évitant les patrouilles

Évitant toute rencontre humaine.

-Je marchai

Mes pieds me portaient plus loin

ils avaient plus de courage

et de ténacité que moi…

Je m’arrêtai parfois, pour me désaltérer,

Pour grignoter des olives, du pain,

Pour dormir ou sommeiller

Pendant les heures chaudes

-Un jour, enfin, j’aperçus au loin

un groupe de femmes et d’enfants ..

Ils avançaient lentement,

Les petites jambes des enfants devaient

Vite se fatiguer …

C’étaient

Des hébreux 

La queue du « troupeau »

Mais où était le berger ?

Je décidais de me joindre au groupe

Mais sans me faire reconnaître.

-Je voulais arriver jusqu’à Moïse

en me fondant parmi les « femmes » …

J étais très émue …

Mais allons, je n’avais pas fait tout

Ce chemin pour reculer

Au dernier moment.

 

Fatiguée, hirsute, sale,

Ocrée de poussière,

Je fus naturellement admise

Dans le dernier groupe,

Celui où des vieilles femmes

Entouraient des jeunes mères

En leur prodiguant des conseils.

On ne me posa aucune question.

J’étais là

Cela suffisait.

Les jours passant, j’appris quelques mots

De quoi me faire comprendre

Si j’avais soif, faim,

Si j’avais mal …

Et la vie continuait, simplement.

J’aidais les jeunes mères

En portant leurs enfants

 Ils m’aimaient bien …

Je leur chantai des berceuses,

Souvenir de mon enfance ;

Je chantais à voix basse ;

Puis les mots se mélangeaient

Mais cela importait peu, les enfants, ravis,

S’endormaient sur mon épaule …

Je m’attachais aux femmes,aux enfants  ,

Tout ce petit monde qui se traînait sur la piste de sable.

Le soir ,nous rejoignions les hommes autour du feu..

Un homme  au regard doux et chaud me souriait souvent ;

J’appris son nom ,Samuel,

J’appréciais sa compagnie ,et pris l’habitude

De m’asseoir  à côté de lui,lors des repas ;

..Il chantait d’une belle voix grave ,et me troublait .

Je lui dis m’appeler Esther ,et ce prénom me plaisait ,

Je l’adoptai pour mien .

Une nuit, Samuel me prit dans ses bras,

Et je connus la tendresse d’un homme …

Il me plaisait ,cet homme là ;

Il n’était pas aussi impressionnant que les enfants princiers

De la cour de pharaon ,

Il était différent ,

Émouvant …

Parfois,j’apercevais Moïse ,mais le voyant

Astre au milieu des israélites,

Demi dieu préoccupé de l’avenir de son peuple ,

Je gardai mon secret pour moi.

Il était là ;pasteur de son troupeau hétéroclite,

Et moi,j’étais une brebis égarée

Revenue vers son troupeau …

 

Samuel   me fit un enfant ,puis un autre,

..Ainsi je rentrai dans la tribu de Moïse

 

Par ces mots ,se terminait le manuscrit

Gardé précieusement ,

Le manuscrit de Ne fer Esther

Fille de pharaon et de Moïse …

 

Voir les commentaires

ENFANT DE MES NUITS BLANCHES

3 Mars 2012, 15:33pm

Publié par thebaine

gustav-klimt-mother-and-child-detail-from-the-three-ages-of

 

 

 

 

 

 

Enfant de mes nuits blanches

Je te montrerai les chemins des étoiles ,

 

Regarde ; ,si tu te penches

Tu verras ,  ,les nuées de mauve et d’opale ,

Telles des écharpes de  voile

Caresser  les lointaines étoiles .

Viens mon petit loup, je t’apprendrai

Les beaux chemins pavés d’or

Parmi les champs azurés ;

Viens ,petit chat ,je sais ,tu dors ;

Mais la nuit invite : au voyage

Vois ,mon enfant trop sage ,

Du bout des siècles ,les étoiles

Les âmes des poètes disparus

Nous invitent au grand bal

des mondes perdus .

Viens ,mon petitou ,ouvre les yeux ,

Prends ton doudou ,au nez bleu ,

Je t’emmène sur la voie lactée ,

Et plus loin,dans l’immensité …

Tu suces ton pouce ,

Attrape ton oreiller ,

La lune nous attend,

Et nous nous en allons …

 

Voir les commentaires

1 2 > >>