Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de thebaine

Puisqu'il est l'heure

22 Mars 2014, 01:32am

Publié par thebaine

 

Puisqu’il est l’heure,

Et que nous avons l’âge...

 

Ces mots venus de temps lointains,

Où se bâtissaient les cathédrales,

Pierre après pierre, avec grand soin,

Dalle taillée, Sculptée, après dalle…

Il y avait Jérusalem et son temple,

Un temple construit avec sagesse et amour,

Sous le ciel vaste et ample ;

Ces mots reviennent à la tombée du jour.

De midi à minuit,

Le rituel ressurgit,

Sous le ciel étoilé

De temples plus discrets …

 

safe_image.php.jpg

Voir les commentaires

LIVRE LIBRE ....

20 Mars 2014, 18:58pm

Publié par thebaine

leonardo-da-vinci-vitruvian-man

Il prend des foliotes,

Les entasse,les peaufine,,

Il les amasse ,les enlasse ,

Il es enchemine et parechemine ,

Il les ligaturelis ,les encoutile ,

D'in filelet d'orbaque

Il les emperlle ,les déperle avec soignure ,

De cuirassé les entourloupe ,

Il les encolle et les délicole ,

 

Il faufile les mots ,les monte ,

De là, tout départit ,

En suivant l'aleph ,

, Beth,  guimel, daleth.

Il labeure pour ses enfançons

Demain ,ces petitouts apprendront

A thèmer,verser,les mots

Abec ses mains à bile  et son esprit subtile . 

Il se nomme Adam de laterre et entame

Une grande aventure ,

En passant par alpha , béta ,Aleph,

Le comme  encement  de Tout .

Avec mon esseprivol geatile ,et mes pincettes

Domi, nien  je veux gênécréer  les mots ,

Les mats,les mites ,les mules ...

Que j'ai ces léttrines !

Je voudrai écrire, décrire, faire ,defaire  ,

L'eau, la Terre , le Monde ,

Le Passéhiére  et le futurlendemain ...

 

 

Voir les commentaires

Ma soeur est partie

20 Mars 2014, 18:49pm

Publié par thebaine


MA SOEUR EST PARTIE

Deux étions dans cette vieille chambre
Ma sœur et moi ,dans le Winter Palace314293_10151177379443518_1520654711_n.jpg
Dans cet immeuble hanté d’ombres
Elles se mouvaient sans laisser de traces ;
Et nous,nous rêvions ,inventions ..
Une montgolfière dans le ciel bleu ,
La mer ruisselant dans le couloir bleu ;
La chambre tangue tel un rafiot :
Je dis à ma soeur , et le dis tout haut :
Mais tu disparais à force de rêver ,
Où sont tes jambes ,tes pieds ;
Accroche –toi à la cheminée ;
-Non ,je préfère partir avec la tour de Pise ...
Mon père arrive ,en criant :
Suffit de rêver les enfants ...
Mais Viviane ,où est ta soeur ?,bon sang!
Encore à trainer avec les garçons ! 

Voir les commentaires

JE SUIS VENUE DU BOUT DU MONDE

18 Mars 2014, 18:26pm

Publié par thebaine

JE SUIS VENUE DU BOUT DU MONDE

 




Je fus bergère à Canaan,
Et Sur les plateaux du Golan ;
Courtisane ou reine à Babylone ,
Assuérus me fit partager son trône ;
Salomon me parla d’amour ,
Célébrant mes nuits et mes jours .


Je fus esclave au bord du Nil,
Sur les rives au limon fertile,
Sage –femme à Alexandrie,
Miresse en Andalousie,
Guérisseuse en Avignon ;
Je soignai les femmes en mal d’enfants …


, J’ai erré, marché, plié, prié,
Le cœur en deuil, les yeux baissés,
De Provence en Rhénanie,
De Pologne en Russie ;

Portant en moi, sur moi, un livre,

De ceux qui vous rendent libres …

Ce livre que l’on peut emporter,

Quand il faut tout quitter.


J’ai peuplé les ghettos de Vénétie
Et d’autres régions, d’autres pays.


En l’ère napoléonienne,
on me fit citoyenne ;
Comme toutes les femmes,
Je vécus ce que vivent les femmes ;


Et puis les loups… bâtirent des camps…
Semant la mort et la désolation….

Et, au milieu de la foule indifférente,

Se levèrent des âmes bienveillantes ;

A nouveau, me voilà libre,

Liberté qui m’enivre.

C’est mon histoire, que jamais,

Jamais, mon enfant, tu ne dois oublier …

Voir les commentaires

Martiens au Carnaval

7 Mars 2014, 20:20pm

Publié par thebaine

 

 

 

 

 


Un jour de carnaval ,en notre belle ville de Nice ,
une soucoupe volante attérit . Des martiens se précipitent
hors de leur véhicule .
-Oh ,dit l'un ,c'est coloré et étincelant !
-Oh ,dit l'autre ,c’est lumineux et exubérant !
-Ah ,dit un troisième ,que c'est joyeux et bruyant , bruyant !
Une martienne s'exclame :
-Ces hommes masqués sont très majestueux !

Le Grandchef lève ses antennes :
-Bizarre, bizarre,les terriens aiment ce qui est coloré, tonitruant, caricatural, énervant, dispendieux, abracadabrantesque ...
pas bien fréquentables ni intéressants ...Repartons chez nous .
-Oh, chef ,encore un peu ...
-Oh, chef, s'il vous plait,on s'amuse bien .Trop drôles, ces humains !
On pourrait les mettre dans nos zoos martiens ; cette petite Colette, cette petite Mado ,par exemple , on les kidnappe et hop !
-Oh, chef, ce serait dramatique !pleure la martienne .

Le Chef lève ses antennes :
- C'est moi qui commande ici ! Garde à vous , demi-tour ,
on embarque !
Adieu, Terre abracadabrantesque ! 1375697_10151925680603518_517637449_n.jpg

Voir les commentaires

Tankas on London

7 Mars 2014, 18:23pm

Publié par thebaine


Paysage anglais,
Dans la brume de Londres,
Se noie dans la bière .
Enfants de notre  belle France,
Ne trainez pas rene-magritte-le-fils-de-l-homme-son-of-man.jpg dans les pubs.

 

La Tamise roule
Avec le vent et la pluie,
Londres disparait.
Nul roi n'a pu l'envahir,
Ce pays, mais l'eau l'a fait.

Voir les commentaires

Le JARDIN, la pomme et l'oiseau

3 Mars 2014, 19:17pm

Publié par thebaine

l2fxSRRKfiDi-6k d8bYMqrfh-o

ea921a99c9 gb

ea921a99c9_gb.jpg

:

 

 

 

LE HASARD réunit un jour, dans une contrée aride, sur un chemin de pierre, cinq hommes ; cinq hommes en voyage :

Un philosophe,

Un prêtre,

Un paysan,

Un marchand,

Et un poète.

 

Ils décidèrent de faire route ensemble.La contrée était infestée de brigands.

La décision était dictée par la prudence.

En ce temps-là, on préférait voyager à plusieurs, unir les ressources des uns et des autres.

 

Après avoir dormi au bord du chemin, ils se levèrent avec le soleil.

Ils prirent un repas frugal et partirent en direction de l’orient.

Chacun était perdu dans ses  pensées, préoccupations ou rêveries.

Le soleil frappait fort ; et l’eau, comme les provisions de bouche devinrent rares, au fil des jours. Le cinquième jour, au détour du chemin, apparut un arbre, puis un jardin …mystérieux  et luxuriant.

 

Il n’y avait personne alentours, ni aucune demeure.

Le marchand poussa le portique et invita ses compagnons à   suivre son exemple.

Ils pénétrèrent dans le Jardin.

Des arbres, des pommiers immenses, offraient leur ombre  complice ;

Une herbe  fraîche,

Des roses au parfum enivrant, des roses rouges,

Au centre du jardin, une fontaine d’eau claire ,

Voilà ce qui s’offrait aux voyageurs.

 

Les hommes se désaltérèrent, l’eau était fraîche et fruitée.

Ils cueillirent des pommes, une saveur acide et douce réjouit leur palais.

Épuisés, ils s’étendirent sur l’herbe verte, fermèrent les yeux ; un instant magique.

Alors, oubliant le murmure de la fontaine, ils entendirent un chant d’oiseau, un chant dont la pureté les transporta

Dans ce jardin mystérieux, tous les sens de ces hommes étaient heureusement surpris et comblés.

 

Le paysan dit :

-c’est un paradis  terrestre !on pourrait y faire pousser n’importe quoi

 

Le marchand dit :

-incroyable, ce jardin en plein désert…On pourrait créer autour une ville merveilleuse.


Le prêtre dit :

-le chant de cet oiseau, comme ce jardin, est le souffle de la créature répondant au souffle créateur …


Le philosophe prit une pomme, l’ouvrit par le milieu et dit

-regardez, un pentagramme, le symbole du savoir …

 

Le poète prit son luth , et récita :

« Elle est un jardin bien clos, une source scellée,

ma sœur, ma fiancée ;

source qui féconde les jardins ,fruits d’eau vive ,

ruisseau dévalant du  Liban.

J’entre dans mon jardin,je récolte ma myrrhe et mon baume ;

Je mange mon miel et mon rayon ; je bois mon vin et mon lait ……

 

:

 

 

Nos voyageurs jouirent des plaisirs offerts par le jardin ; tant et si bien qu’ils restèrent

Prisonniers de leur plaisir, ignorant leur état de prisonnier.
Les jours passèrent ;les mois passèrent …

 

Le philosophe disait :

Je voudrais échanger des idées, parler à un homme sage frotter mon esprit à un autre esprit

 

Le prêtre disait :

Mes fidèles m’attendent ; ils doivent se sentir comme des brebis égarées

 

Le paysan disait :

Je dois labourer et semer et moissonner, c’est ma vie

 

Le marchand disait :

Je veux acheter des produits rares, et les vendre, vendre et acheter

 

Le poète disait :

 

 

Ma dame, quelque part en ce monde, rêve de moi, rêve et m’attend, je l’entend qui rêve

 

 

Mais le Charme persistait

Ils ne pouvaient partir, quitter ces lieux ensorcelés ; ils étaient liés, attachés cloués .

 

Un jour d'automne apparut une vieille femme :

-Vous êtes là enchaînés par vos plaisirs , si vous voulez parir  ,il vous faudra me donner

un de vos sens

-Qui es-tu ,femme ,pourquoi te croirions nous ,s'écria le marchand .

 

,

-Je connais vos histoires, vos cheminements, vos fuites,

Vos erreurs. Le mal que vous avez pu faire à vos proches,

Pour satisfaire votre passion…demandez, je répondrai à chacun.

 

Les hommes se regardèrent les uns les autres, gênés,

Puis baissèrent la tête.

 

-c’est vrai, dit le poète, j’ai blessé un être innocent,

L’amour de l’art m’a aveuglé, je le reconnais ;

Mais tous ces hommes sont ils condamnables ?

 

-Ils ont, comme toi, des secrets …

Mais nul ne s’est livré ;

Nul ne peut donc être délivré,

 Sans donner une part de lui-même. J’ai dit …

 

-Le paradis et l’enfer se touchent, dit le prêtre

 

Le commerçant lui, leva les bras au ciel :

-Si nous n’avons pas d’autres choix, autant en finir

Mais j’hésite …

-Moi, j’hésite aussi, dit le paysan,

 

Le philosophe, perplexe, murmurait :

-moi, moi…qui tend à être pur esprit, , je laisse l’ouie

Peu importe le bruit du monde …

 

-Le prêtre, lui, méditait

-le toucher m’indiffère .je me suis voué à la divinité.

Le poète se montra désemparé :

-je…, je ne sais pas … je ne saurai quel sens te donner .

Sans eux,la vie ne vaut d’être vécue …

Prends ma vie, si tu le souhaites ;

, prends ma vie, mais laisse-moi mon  âme.

 

La vieille femme se changea alors en un une jeune et belle femme …

Sourit au poète :

De vous  cinq , hommes que  le Destin a rassemblés,

   Tu es le plus innocent   ,pour toi ,je fais grâce à tes compagnons .

 

Les hommes se retrouvèrent dans un caravansérail .

Ils se dirent adieu ,un petit signe de la tête ;

et chacun prit son chemin .537090 10151989854588518 1685810721 n

Voir les commentaires

Le prince à la rose

3 Mars 2014, 16:46pm

Publié par thebaine

41zmScEUDML. BO2,204,203,200 PIsitb-sticker-arrow-click,Top

Il y avait cette rose ,fragile ,capricieuse

Impérieuse…mais si belle…

À cause d’ELLE,tu quittas ta planète,l’astéroïde B 612, ,Il y  avait cette rose

Fragile et parfaite,

 

En recherche

Tu visitas sept planètes ;tu connus la vanité du pouvoir,la vanité de la Vanité,la vanité des richesses matérielles.Tu connus l’incohérence de ceux qui obéissent aveuglement,la vanité des drogues,la vanité du Savoir

Et la septième planète fut la Terre.Le premier  etre vivant que tu rencontras fut le serpent. Le serpent du désert ,maître du Temps,de la Vie et de la Mort ;devin sage,indispensable à la réalisation de l’harmonie.

«

 

« Tu es une drôle de bête, lui dis tu, mince comme un doigt…

·        mais je suis plus puissant que le doigt d’un roi,dit le serpent. » Il te promit son aide pour repartir chez toi, au cas …(et il tint parole) Il etaitle début,il sera la fin ,et le recommencement .

Et tu marchas dans le Désert ; étendue stérile et superficielle,en apparence,et cependant quelque chose rayonnait en Silence : Tout derrière le Rien.

Petit Prince, enfant fragile,riche de promesses,de rêves,d’AMOUR,tu marchas à la recherche des hommes ?Tu voulais voyager,connaître ,tu ne savais rien des Hommes,tu ne savais rien de toi.

C’est alors qu’apparut le Renard…

-Bonjour,dit le Renard

-Bonjour,répondis-tu poliment.

Le Renard te parla des Hommes,des chasseurs,des poules.Puis il se tut,te regarda longuement et dit :

« -s’il te plait, apprivoise moi

-je veux bien, mais je n ai pas beaucoup de temps ;et  j’ai des amis à découvrir  et beaucoup de choses  à voir

Et tu apprivoisas le Renard. Et quand vint l’heure du départ,il te dit :

« -adieu,voici mon secret :on ne voit bien qu’avec le cœur.L’essentiel est invisible pour les yeux.C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait la rose si importante ».

Ce renard,inquiet,rusé et desinvoltereflechissait comme un miroir les contradictions humaines.Il était le double de la conscience humaine .

Tu retournas vers les hommes.Tu rencontras un aiguilleur dans une gare.Tu vis que les hommes etaient presses,jamais satisfaits ;ignorants ce qu’ilsrecherchent et pourquoi ils courent.

Tu découvris aussi un jardin fleuri de roses

Et un marchand econome de temps,de plaisir.

 

Tu compris ou etait ta place ?Tu pensas à la promesse du serpent ;tu repartis à sa rencontre.Mais avant de quitte. la 7e planète,tu voulais transmettre ton experience.

 

 

ET, DANS LE DESERT ; TU RENCONTRAS UN AVIATEUR .EN  PANNE

 

 

 

Son avion,rapide et délicat,difficile à manier,exigeait une possession de lui-meme que,peut être,il n’avait pas atteint.Tu t’approchas et ta drôle de petite voix le réveilla :

-s’il vous plaît,dessine-moi un mouton

_hein !

-dessinesmoi  un mouton ???

Tu réclamais une offrande…

L’aviateur dessina,dessina.Pendant 7jours,tu tu partageas sa vie.Tu lui racontas…Et l’aviateur dessinait.Tu lui dis :

Au 8e jour,l’aviateur s’exclama :

-les hommes chez toi,cultivent 5000 roses dans un même jardin ;et ils n’y trouvent pas ce qu’ils cherchent.Et cependant,ce qu’ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose,ou un peu d’eau…

250px-Le petit prince

Ah,ils sont beaux tes souvenirs,mais je n’ai pas encore réparé mon avion ;je n’ai plus rien à boire .
-j’ai soif,aussi,répondis tu ,cherchons un puit

Vous avez marché des heures,en silence ;la nuit tombait.Tu dis

-l’eau peut aussi être bonne pour le cœur..les étoiles sont belles ;à cause d’une fleur quon ne voit pas..Ce qui embellit le désert ,c’est qu’il cache un puits quelque part…

-oui,répondit enfin l’aviateur.Qu’il s’agisse de la maison,des étoiles ou du désert,ce qui fait leur beauté est invisible.

L’aviateur commençait à comprendre.
Au lever du jour,il découvritle puits

Cet aviateur,cet homme oiseau qui s’élance dans l’immensité entre le ciel et la terre ,pourquoi etait il en panne ?

-J’ai soif de cette eau-là ;donne-moi à boire .

Tu bus les yeux fermés ;c’etait doux comme une fête ;cette eau était bien autre chose qu’un aliment ;elle était née de la marche sous les étoiles,du chant de la poulie,de l’effor des bras de l’aviateur.

L’aviateur te regadait,ému,troublé,et il but dans ce puits

Ou se rejoignent l’EAU LA TERRE L AIR

Dans ce breuvage de Vie ,il s’était trouvé,retrouvé homme .
L’aviateur retourna à son avion.Toi,tu retournas vers le serpent .au soir,l’aviateur revint,réjoui la MACHINE était réparée,bien sûr ;il pouvait rentrer chez lui .

Tu lui dis :

-moi aussi, aujourd’hui,je rentre chez moi

Mais il fallait l’aide du serpent .Il te fallait mourir pour renaître .

Il n’y eut rien

Qu’un eclairjaune prés de ta cheville ;tu ne crias pas

Tu tombas doucement,comme tombe un arbre .
Mais tu avais laissé un cadeau pour l’aviateur, une ETOILE

Et cet homme regarde souvent le ciel  en pensant à toi ,PETIT PRINCE ,,

À toi,ton mouton,ta rose .
Au delâ de l’amitié,de l’amour,ton histoire nous conte peut être

LA FUITE  LA QUETE LA DECOUVERTE du CENTRE MYSTIQUE de LA CONAISSANCE

Ou du moins,je me suis plue à l’entendre ainsi ….

I

 



Voir les commentaires

Leçon de poésie

1 Mars 2014, 13:56pm

Publié par thebaine

 

caspar-david-friedrich-the-wanderer-above-the-sea-of-fog-c-.jpg

 

Si tu veux écrire un poème,

De ceux que tu aimes,

Ecoute la musique des poètes,

La plume toujours prête.

 

Entend Baudelaire crier sa douleur :

Sois calme, o ma douleur et tiens-toi plus tranquille 

Entend Verlaine pleurer  avec douceur :

Il pleut dans mon cœur comme il pleut sur la ville …

Entend  Les psaumes de Péguy :

Mère, voici vos fils qui se sont tant perdus …

Entend Claudel comme du Verdi,

Célébrer les amours éperdus :

Voici le moment de la lutte entre l’ombre et la lumière ….

Si tu préfères rire et danser,

Ecoute les chansons de Jacques Prévert :

Dans ma maison, vous viendrez …

 

Ecoute l’amour, la nostalgie,

Les douleurs, le désespoir,

Ecoute chanter la  mort, la vie,

Par ces fantômes  du soir …

 

 

Voir les commentaires