Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de thebaine

HISTOIRES D' ENFANTS

11 Mars 2017, 21:16pm

Publié par thebaine

HISTOIRES  D' ENFANTS

 

C’est une nuit de Printemps :

Les jumeaux Julien et Emeline sont dans leur chambre.

Julie : Mais où est papa ?

Eme :Je vais en parler avec mon amie, l’étoile du berger .

J : Il est peut-être  parti chez ses copains pour regarder un match de football ?

E : Etoile, dis-moi, je t »en prie

Et si il était allé éteindre un incendie à la bibliothèque municipale.

Il aime tellement les livres, qui lui sont très précieux.

Je l’imagine, casqué comme un chevalier du moyen-âge,

Grimpé sur un camion, il aurait une lance, mais d’incendie.

J : Et si Peter Pan était venu le chercher ils parcourraient le

Monde avec la fée Clochette, ils combattraient le capitaine Crochet,

Ce serait drôle !

E : crois-tu à cette histoire ?

Ei pourquoi pas : un voyageur du temps aurait pu l’inviter…

J : Merlin l’enchanteur, bien sûr !

R : Gros malin que tu es ! Il l’iviterait

A visiter les temps passés et futurs.

Toi et moi, nous savons sa passion de l’histoire !

Notre papa chéri ne pourrait résister à faire un tour

Au temps de ces abominables croisades

Où les chevaliers tuaient à bras raccourcis

Les non-chrétiens soi-disant pour récupérer Jérusalem ;

Et en vérité pour piller les palais de Byzance, Damas,

Et autres villes orientales, regorgeant de trésors.,

Comme la caverne d’Ali Baba

J : caverne ou taverne ? 

E : que tu es bête !

J : les tavernes avec des femmes belles à en mourir,

Aux yeux de biche, aux longs cheveux de nuit.

E : Et aux dents de perle...

Tu rêves trop ! Je vais réveiller Maman, elle saura

Où est parti notre Papa !

 

 

 

 

Voir les commentaires

JOUR ET NUIT SUR LA PLANETE ARISTOTE

6 Mars 2017, 17:05pm

Publié par thebaine

JOUR ET NUIT SUR LA PLANETE ARISTOTE

 

Au jour, Alloa danse au soleil de Socrate.

Elle mange des pommes, le rire à la bouche.

Quand elle se couche,

C’est toujours au soleil de Socrate ..

 

Nietzsche de la Nuit étudie,

Les livres s’amoncellent autour de lui,

Son ordinateur toujours lui obéit.

Mais, parfois il s’ennuie.

 

Alloa mange avec sa grande famille,

Elle ne connait ni soif ni faim ;

Ils vivent ainsi tous réunis

Nulle question ne vient troubler leur vie.

 

Nietzsche a créé une machine fabuleuse,

Il peut voir le côté jour, avec sa caméra ;

Il voit une fille belle, délicieuse,

Une fille rieuse, aux mille appâts.

 

Alloa aperçoit, comme dans un reflet,

Il ressemble aux animaux d’autrefois,

Par tous les dieux, il est laid, très laid,

Aloah s’enfuit dans les bois.

 

Nietzsche de la nuit pleure et prie,

La belle a eu peur, effrayée telle un faon

Qu’ai-je fait, pour qu’elle me fuie,

Moi qui l’aimais, l’aimais tant !

 

 

 

 

 

 

.

 

Voir les commentaires